FR | EN | ES
Nous contacter

La persévérance finit par payer !

Exposés depuis des années à des quiproquos, les appellations du Camembert vont être revues. En effet, une réunion s’est déroulée ce mercredi 21 février pour aboutir à une solution visant à entériner la bataille opposant les fabricants de « Camembert fabriqué en Normandie » aux tenants de l’AOP « Camembert de Normandie ». Les producteurs et les consommateurs seront maintenant dans une logique plus juste et claire.

Voici les solutions qui seront mises en place :

  • AOP pour tous. Elle se déclinera en 2 versions :
    • Une version de base « Camembert de Normandie » qui se substituera au « Camembert fabriqué en » (cette dernière mention sera maintenant prohibée).
    • Une version plus qualitative, obligatoirement au lait cru, qui sera nommée « Véritable Camembert de Normandie ». Cette version aura vocation à se substituer à l’actuelle AOP.
  • Des cahiers des charges revus (voir ci-dessous).

 

Nouveaux cahiers des charges pour le Camembert

L’actuel « camembert fabriqué en » va devoir élever son niveau qualificatif. La présence de Normandes va être imposée dans tous les troupeaux à hauteur de 30%. Le pâturage va être obligatoire 6 mois de l’année, avec une part d’herbe minimale dans la ration estivale (25 ares d’herbe par vache). Les conditions de production vont être cadrées afin de garantir le caractère mi-lactique mi-présure qui caractérise le camembert traditionnel.

Pour la version « véritable », la part de Normandes sera portée à deux vaches sur trois, contre une vache sur deux actuellement (régime en vigueur depuis mai 2017). Le bocage va être revalorisé : 100 mètres de haies devront être présents par hectare de pâture, pour encourager notamment la biodiversité. La ration hivernale devra comporter obligatoirement une proportion d’herbe, tandis que la pratique du pâturage sera plus encadrée.

Pour les deux catégories de l’AOP, des règles générales vont également s’appliquer. Les OGM vont être supprimés de l’alimentation pour l’ensemble des producteurs. La zone va être agrandie pour pouvoir intégrer les actuels producteurs de « fabriqué en » hors zone. La future zone devrait gagner des terres principalement dans l’Eure, la Seine-Maritime et la Manche et, dans une moindre mesure, dans l’Orne et le Calvados. L’ODG va se donner enfin pour objet de « développer les fabrications au lait cru »

La nouvelle donne ne devrait pas être effective avant 2021.

 

Origen Normande vous accompagne dans ces changements

Les éleveurs laitiers vendant leur lait pour la production de camemberts devront normandiser leurs cheptels.
Que vous choisissez de normandiser votre troupeau par absorption ou par renouvellement, nos techniciens restent à votre disposition pour vous conseiller et vous accompagner. Vous pouvez contacter Matthieu CHAMBRIAL au 06.85.20.49.56 ou Jérôme BOCQUET au 06.89.07.37.96.

 

Sources :

Origenplus

http://www.professionfromager.com/news/article/camembert-le-denouement

2018-02-26T15:37:43+00:00 26 février 2018|